huile sur toile

HIROMITSU FUJIKI DATABASE

Dep.15159

Aucun commentaire.

Dep.15155

Aucun commentaire.

Dep.15153

Pour la première fois depuis longtemps, j’ai de nouvelles idées. Un autre pas en avant.

Dep.15152

Cela fait un moment que je n’ai pas travaillé sur une peinture à l’huile. J’ai veillé à stabiliser mon état mental en toutes circonstances et je me suis enfin lancé. Au cours de la première heure, j’ai eu beaucoup de mal à retrouver le sens des couleurs. La fraîcheur et la luminosité des couleurs sont encore assez grossières, mais aujourd’hui, je suis heureux d’avoir fait les premiers pas pour retrouver mes sens.Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Dep.15029

J’ai tout donné en termes de ce que je peux ressentir maintenant et l’aspect technique de l’exprimer sur la toile. Je vais changer de lieu et faire le meilleur usage de ce que j’ai appris de ce sujet et poursuivre vers l’idéal.

Dep.15028

Plus c’est frais, plus c’est flou. Aujourd’hui, c’est le 14e jour. Je ne sais pas encore exactement où je ressens l’inconfort, mais je pense en avoir remarqué quelques-uns aujourd’hui. Il se peut que je ne fasse que supposer. En fait, la fraîcheur des couleurs a commencé à se fondre dans l’environnement. Ce processus, passé il y a environ trois ans, est à nouveau d’actualité. Cependant, le traitement des ombres est différent de celui de l’époque. L’impression est descendue deux fois dans la description. Une prise de conscience qui a été longue à venir.

Dep.15022

Je vais m’arrêter là. J’ai emballé tout ce que je pouvais avec mes sens et mes compétences actuels. Je vais me cultiver à partir d’un autre sujet et le mettre à jour à chaque fois que je l’aurai sous la main.

Dep.15021

En regardant le produit fini à l’intérieur, j’avais l’impression que je voulais qu’il brille davantage. J’allais le mettre de côté pour aujourd’hui, mais je reviendrai demain.

Dep.15020

Une légère apparition de couleur. La lueur des couleurs, que je ressens lentement comme une flamme invisible, s’est légèrement éteinte. Bien qu’elle soit inférieure à l’étincelle que je ressens lorsque je vois le paysage devant moi, j’ai l’impression d’avoir enfin fait une entrée. J’étais très fatigué. Je ne peux pas savoir pourquoi les pigeons ont déposé leurs excréments sur ma veste, mais je suis curieux.

Dep.15015

Je ne me sentais pas à l’aise avec la luminosité de l’écran, j’ai donc baissé la luminosité générale. La différence entre la luminosité que je ressens lorsque je vois le paysage en vrai et celui que j’ai dessiné est probablement due à mon propre filtre, mais ce qui m’importe, c’est de dessiner et de transmettre ce que je vois et ressens.

Dep.15012

J’ai un peu peur que ce schéma se répète à jamais, mais il ne sert à rien de s’en inquiéter, car résister à ce que je me fais inconsciemment faire me fera perdre ma pureté.

Dep.15011

C’est plus satisfaisant que jamais car cela me met un peu mal à l’aise, mais je vais probablement mettre à jour l’article à nouveau.

Dep.15010

Lorsque je commence à travailler sur de petits détails et des couches de couleur très subtiles, je travaille à l’ombre pour ne pas projeter d’ombres inutiles sur la toile. De cette façon, le bleu du ciel s’infiltre dans le plan de l’image et en modifie la fraîcheur, la luminosité et même le contraste, ce qui est différent de ce qui se passe lorsque je regarde l’œuvre à l’extérieur.

Dep.15004

C’est mon premier travail depuis que j’ai déménagé à Otsu. L’endroit où je vais n’a pas vraiment d’importance, car les endroits que je choisis sont similaires, mais je peux très bien me concentrer dans ce domaine. On m’appelle pour peindre avec modération et ensuite je m’en vais. Je peux travailler dessus jusqu’à ce que je sois satisfait. Ce travail a été réalisé une fois, mais je continuerai à le mettre à jour de nombreuses fois à l’avenir.

next_posts